Fermez la porte

 

     On voudrait être des bonnes personnes sages et appliquées, toujours parfaites, travailleuses et cohérentes et voilà qu’on se lève la tête dans le seau, le planning de la journée est complet comme d’habitude et on s’en veut de ne pas se sentir à la hauteur, tout nous appelle à rester au lit, bouquiner toute la journée, en pyjama, mais on se force, on se dope, on se culpabilise, sans jamais se poser la question:

Pourquoi ?

   -Y  a-t-il une chose au monde qui soit immobile sur laquelle on puisse vraiment compter ?
   -Y a-t-il une seule chose dans la nature qui soit constante à part le changement, le rythme, l’évolution, la transformation. ?

   Même le haut et le bas ne veulent rien dire sur une boule ! et nous, braves petits soldats, on a décidé de tout contrôler et on est perdu quand un caillou bloque les rouages de nos projets.
   -Lundi soir il faut faire les courses (bien nommées !)
-Mardi on se lève à 6h30…. travail urgent,
-Mercredi on ne rentrera pas pour manger, etc…
Et maintenant le changement d’heure ! Ce soir j’arriverai chez moi la nuit tombée et j’irais vite faire une heure de gymnastique (Pour me détendre !)

Est-ce que c’est vraiment logique ? Qu’est ce qui nous pousse à en faire toujours plus ? La peur de rater notre vie ? Est-ce qu’à la fin on se dira « J’ai bien rempli tous mes jours à ras bord ! » en faisant le compte avec fierté du peu de temps ou on aura pris soin de soi et des autres en rapport à celui ou on s’est contraint, forcé, épuisé pour le bien .

 

retour-en-soiTout dans la nature est rythme et nous sommes la nature. L’automne avance, les graines tombent au sol et attendent un moment propice.
C’est le temps pour nous de laisser tomber certaines charges trop lourdes, se débarrasser des tâches et des pensées trop volumineuses.
Revoir les je dois et les il faut.

Ralentir !

L’énergie retourne vers l’intérieur et les artifices sont abandonnés. C’est le moment d’expérimenter le lâcher prise. Laisser le jardin se faner, arrêter de l’arroser, rentrez à la maison et fermer la porte.

Retrouver son foyer, son être, le temple intime, prendre soin de soi.

Apprendre à se laisser pénétrer par les couleurs joyeuses, flamboyantes et chaudes de cette saison, qui alternent avec la nostalgie du brouillard et la fraîcheur. les arbres nous montrent comment laisser nos pensées se détacher et nourrir notre sol dans un embrasement humide de couleurs et d’odeurs.

7 commentaires Ajoutez le votre

  1. Maurin Martine dit :

    où vais -je,où cours-je ,dans quel état j’erre .Pouf pouf ,pic et pic et colégram boure et boure et ratatam …J’ai rien fait de ce que je voulais faire et j’ai fait ce que je ne voulais pas …Demain,c’est sûr je m’y mets ! Oui
    , mais à quoi ?

    1. Nathalie Maurin dit :

      Hahaha super! vite,vite, ferme la porte et pelotonne toi dans un nid douillet, laisse les boum et bang et rataboum..dehors ! en fait il n’y a véritablement rien à faire 😉

  2. genevieve maurin dit :

    comme on se sent bien lorsque l’on sait lâcher prise
    c’est la sérénité le temps parait plus long puisque on ne pense plus a ce dire , il me faut faire ça, ….je doit faire ça….qu’il est bon de lâcher prise

    1. Nathalie Maurin dit :

      Ha oui ! le grand calme, juste écouter les feuilles qui tombent..:-)

  3. Magalie dit :

    Ha oui lâchons, lâchons, et encore . Vivons heureux, enfin …..

    1. Nathalie Maurin dit :

      C’est étrange que l’on pense toujours qu’en ayant plus on sera plus heureux ! alors que c’est l’inverse pourtant ,il y a un proverbe chinois qui dit: “Celui qui tient un tigre par la queue ne doit pas lâcher prise!” 😉

  4. chanat dit :

    Prend le monde comme il vient,
    il te prendra doucement;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *